L'ADIV dit non au port industriel de Triel PDF Imprimer Envoyer

Les opposants au projet de Port deviennent chaque jour un peu plus nombreux.

Le 27 septembre dernier, suite au rapport d'Hélène GHESQUIERE, les associations Pissefontaine-Environnement et l'ADIV (Association de Défense des Intérêts des Vernoliens) ont indiqué qu'elles s'opposaient au projet de Port.

Hélène GHESQUIERE a analysé le dossier et demande au commissaire enquêteur de donner un avis défavorable. De nombreuses réunions de concertation organisées par Ports de Paris et la CA2RS entre 2010 et 2011 (8 réunions en 8 mois) ont présenté ce projet comme l’Eco-port nécessaire au développement de la filière bois portée par le projet Ecopôle.

En 2013, l’analyse du dossier présenté à l’Enquête Publique a fait émergé de nombreuses questions. En effet, le projet proposé ne reprend pas les objectifs fixés lors de ces concertations.

Les associations voient des conflit important par rapport aux autres projet et notamment celui du parc écologique à vocation de loisirs appelé « Parc du peuple de l’Herbe » ainsi que le projet l’aménagement des berges de Verneuil jusqu’à Andrésy pour permettre une circulation douce (piétons et vélos), projet porté par la CA2RS, le Conseil général et l’EPAMSA.

Beaucoup d’autres questions ont conduit Hélène GHESQUIERE à dire NON au projet. Le Conseil d'Administration de l'ADIV, réuni le 27 septembre, a décidé de soutenir la position de Pissefontaine-Environnement et d’en faire part sur son site. http://www.adiv-environnement.org/enquete-publique-port-de-triel-septembre-2013-non-au-projet-presente/